Chute de cheveux & Perte de cheveux

Alopécie, pelade. folliculites et alopécies cicatricielles

La chute de cheveux est source d’inquiétude chez la femme comme chez l’homme.

Un examen soigneux accompagné des examens complémentaires appropriés permettent le plus souvent d’en découvrir la cause et de mettre en œuvre un traitement adapté.

Auteur : Dr Philippe Abimelec
Mise à jour scientifique : mars 2014
Vote :  
 277 avis

VOS QUESTIONS SUR LA CHUTE DE CHEVEUX

Quand parle-t-on d’une chute de cheveux ?

Les cheveux chutent (45 à 60 par jour) et se renouvellent en permanence. La chute de cheveux normale prédomine à la fin de l’été et au printemps. Une perte de cheveux supérieure à 60 cheveux par jour est considérée comme excessive.

Les causes des chutes de cheveux ?

Les causes des chutes de cheveux sont très nombreuses.

Chutes de cheveux diffuses : alopécie androgénétique, effluvium télogène, effluvium anagène, pelade
Parmi les chutes de cheveux diffuses, les plus fréquentes sont l’alopécie commune (alopécie androgénique masculine et féminine) et l’effluvium télogène (après une fièvre élevée, une grossesse, une prise médicamenteuse ou un régime sévère). L’effluvium anagène entraîne quant à lui une chute de cheveux brutale après une chimiothérapie ou au cours de la pelade. Les chutes de cheveux génétiques s’observent dès la naissance ou plutôt au cours de l’enfance (moniletrix, syndrome des cheveux anagènes caducs, dysplasies ectodermiques).

CHUTES DE CHEVEUX DIFFUSES
Enfant Femmes Hommes
Rapide ou progressive
• Alopécie congénitale
• Dystrophie pilaire
• Effluvium télogène

• Alopécie androgénique
• Effluvium télogène

• Alopécie androgénique
• Effluvium télogène
Brutale
• Chimiothérapie
• Pelade
• Chimiothérapie
• Pelade
• Chimiothérapie
• Pelade


Effluviums médicamenteux

Effluvium anagène

Chute de cheveux très abondante & brutale quelques jours ou semaines après la prise du médicament

Chimiothérapies : antimetabolites, alkylants, cytostatiques, taxanes
Très fréquent : adriamycine, cyclophosphamide, daunorubicine, docetaxel, epirubicine, etoposide, ifosphamide, irinotecan, placlitaxel, vindesine, vinorelbine, topotecan
Assez fréquent : amsacrine, bléomycine, busulphan, gemcitabine, melphalan, vinbalstine, vincristine, lomustine, thiotepa
Rare : carboplatine, cisplatine, capecitabine, carmustine, fludarabine, 6-mercaptopurine, methotrexate, mitomycine, mitroxantrone, procarbazine, raltitrexate, streptozocine

Effluvium télogène

 

Chute de cheveux abondante survenant quelques mois après la prise du médicament

Anti arthrose et immunosuppresseurs : azathioprine, colchicine, auranofin, methotrexate, penicillamine
Antibiotiques : choramphenicol, ethambutol, ethionamide, gentamycine, nifrofurantoine
Antiépileptiques : carbamazepine, phenytoine, valproate sodium
Anticoagulants : dicoumarol, coumarine, héparine, warfarine
Antihistaminiques et antiulcéreux : cimetidine, ranitidine, famotidine, terfenadine
Antihypertenseurs : prazosine, bêtabloquant (voir ci-dessous), diazoxide
Antiinflammatoires non stéroidiens : aspirine, ibuprofène, indomethacine, ketoprofen, naproxène, piroxicam, sulindac
Antithyroides : carbimazole, thiouracile
Bêta bloquants : acebutolol, atenolol, nadolol, labetalol, metoprolol, pindolol ,propranolol, timolol
Divers : allopurinol, amiodarone, bromocriptine, clonidine, clomiphène, haloperidol, levodopa, methyldopa, methysergide, metyrapone, probenecide, sulphasalazine
Hypocholesterolémiant : clofibrate, fénofibrate, gemfibrozil
Interférons : interféron-alpha
Vitamine A & dérivés : allitrétinoïne, isotrétinoïne, acitrétine

Chutes de cheveux localisées : alopecie androgénétique , pelade, alopécies cicatricielles, tumeurs
Les chutes de cheveux localisées s’observent dans le cadre de l’alopécie androgénique masculine (golfes, tonsure), des infections par champignons (teignes), de la pelade en plaques, des alopécies induites par des tractions (trichotillomanie, tresses et défrisage) ou des alopécies cicatricielles (lupus érythémateux, lichen, folliculite décalvante, alopécie cicatricielle centrale centrifuge, alopécie frontale fibrosante post-ménopausique …). Les tumeurs et excroissances de peau s’accompagnent aussi d’une chute de cheveux localisée (hamartome sébacé, carcinome baso-cellulaire, carcinome épidermoïde).

CHUTES DE CHEVEUX LOCALISEES
Enfant Femmes Hommes
De naissance
• Alopécie congénitale bénigne
• Alopécie occipitale du nourrisson
• Alopécie congénitale
• Alopécie congénitale
Progressive
• Dystrophie pilaire
• Trouble endocrinien
• Alopécie androgénique
Brutale
• Pelade
• Radiothérapie
• Pelade
• Radiothérapie
• Pelade
• Radiothérapie
Cheveux cassés
• Teigne
• Trichotillomanie
• Coiffure et soin
• Trichotillomanie
• Coiffure et soin
 
Cuir chevelu altéré
• Teigne
• Alopécie cicatricielle
• Alopécie cicatricielle
• Alopécie cicatricielle

Stress et chute de cheveux
La responsabilité du stress a souvent été mise en cause dans la survenue des chutes de cheveux mais n’a pas jusque-là été démontrée par les études scientifiques pertinentes chez l’homme. Des études récentes démontrent que le stress peut induire ou aggraver un effluvium télogène chez la souris – mais il est prématuré d’extrapoler ces résultats à l’homme.
Nous sommes tous victimes du stress induit par les évènements de la vie courante (séparation, décès d’un être cher…), il faut penser au rôle du stress lorsqu’une chute de cheveux importante survient dans les semaines qui suivent une émotion d’une intensité anormalement élevée.

Traitement des chutes de cheveux

Le traitement efficace des chutes de cheveux nécessite d’en déterminer la cause.

• Les effluviums télogènes peuvent indiquer la prise en charge d’une carence (fer, vitamine B12) ou d’un problème thyroïdien mais ils guérissent souvent sans traitement après 3 à 4 mois (après grossesse, fièvre, intervention chirurgicale…). Les effluvium télogènes induits par une prise médicamenteuse (isotrétinoïne, anticholestérol, anticoagulant…) nécessitent quand c’est possible le remplacement du traitement par une autre molécule.

• Les effluviums anagènes des chimiothérapies peuvent, dans une certaine mesure, être minimisés par des mesures de prévention (casque réfrigérant).

• Les dermatoses et les affections générales qui provoquent une chute de cheveux spécifiques doivent bénéficier d’un traitement adapté en fonction de chaque cas. La teigne requiert un traitement antimycosique par voie générale. Le traitement du lichen fait appel à la corticothérapie locale, intralésionnelle ou générale et parfois aux antipaludéens de synthèse (plaquenil). Les alopécies cicatricielles sont de traitement délicat, elles nécessitent le recours à un expert du cuir chevelu. Une fois le processus stabilisé une reconstruction par greffe de cheveux est parfois envisageable.

• Les alopécies congénitales peuvent parfois bénéficier d’une restauration capillaire par greffes de cheveux ou d’un complément capillaire.

• La pelade en petites plaques guérit souvent rapidement sans traitement, mais peut récidiver alors que les pelades plus importantes impliquent une prise en charge rapide qui fait appel à la corticothérapie locale (lotion), intralésionnelle (piqûres dans le cuir chevelu) ou rarement à la corticothérapie générale. La puvathérapie, le dioxyanthranol et l’application d’une substance sensibilisante (diphencyprone) sont des traitements souvent recommandés.

• L’alopécie androgénique masculine bénéficie du traitement par Finastéride (Propécia®) et Minoxidil à 5%, le dutastéride a montré sa supériorité sur le Finastéride dans une large étude américaine, il n’a cependant pas encore d’autorisation de mise sur le marché dans cette indication. Quand les cheveux ont disparu d’une zone, les greffes de cheveux représentent le seul moyen de retrouver une chevelure naturelle. Les techniques actuelles de greffes folliculaires donnent d’excellents résultats lorsqu’elles sont réalisées par des équipes expertes.

• L’alopécie androgénique féminine est fréquente, sont traitement fait appel au Minoxidil à 2 ou 5% et aux antiandrogènes (acétate de Cyprotérone, Spironolactone) quand une hyperandrogénie est manifeste; le Finastéride ou le Dutastéride ne sont pas actuellement pas indiqués, mais le Finastéride est cours d’évaluation chez la femme ménopausée.

Photographies

Alopécie androgénique masculine Alopécie androgénique feminine Alopécie androgénique feminine
Alopécie androgénique masculine
Alopécie androgénique féminine
Alopécie androgénique féminine

Pelade

Pelade en petite plaque Pelade ophiasique Pelade décalvante totale
Pelade en petite plaque
Pelade ophiasique
Pelade décalvante totale

Alopécies cicatricielles

Alopécie cicatricielle des tresses Alopécie cicatricielle centrale centrifuge Pseudo pelade de Brocq
Alopécie cicatricielle des tresses
Alopécie cicatricielle centrale centrifuge
Pseudo pelade de Brocq

 

Lichen plan pilaire Alopécie frontale fibrosante Lupus erythémateux
Alopécie frontale fibrosante
Lupus érythémateux

Résultats de traitements

aag-avant traitement
alopecie apres traitement

Alopécie androgénétique masculine
avant et après une année de traitement par Finastéride 1 mg et Minoxidil à 5%


Alopecie
alopecie traitement

Alopécie androgénétique masculine
avant et après six mois de traitement par Dutastéride 0,5 mg et Minoxidil à 5%


alopecie
alopecie

Alopécie androgénétique masculine
avant et après dix-huit mois de traitement par Dutastéride 0,5 mg et Minoxidil à 5%


alopecie femme avant traitement

Alopécie androgénétique féminine
avant et après une année de traitement par Minoxidil et antiandrogène

Informations diverses sur la chute de cheveux

Associations de patients
AAA : Association Alopecia Areata – Président: M. Philippe BATAILLE, Complexe médical du lycée 36 Route d’Eaunes 31600 MURET FRAN – Téléphone: 05 61 56 19 65. Site web: http://www.orpha.net/associations/AAA/

National Alopecia Areata Foundation – A non profit organization dedicated to providing information about alopecia areata. With support groups in the USA and contacts with similar support groups worldwide.

Delaware Valley Alopecia Support Group – Support and ideas for those with the condition of alopecia areata, alopecia totalis, and alopecia universalis.

Cicatricial Alopecia Research Foundation

Associations scientifiques
European Hair Research Society – The European Hair Research Society (EHRS) web site. A non-profit organization dedicated to the advancement of hair research. Extensive links lists for dermatology clinics and articles about hair and hair loss.

North American Hair Research Society
• Australian Hair and Wool Research Society (http://www.ahwrs.org.au) – A not-for-profit organisation founded in 1996. Australia and New Zealand both have a long and proud history of achievement in scientific wool research.

Essais cliniques en cours
Clinicaltrials.gov
Centerwatch
Consultations adaptées
Dermatologie, maladie du cuir chevelu, pathologie du cheveu

Projets de recherches
Etude génétique sur la pelade

Documentation

Bibliographie
• Olsen EA. Disorder of hair growth: diagnosis and treatment, Mc-Graw-Hill; 2003.
• Bouhanna P, Reygagne P. Pathologie du cuir chevelu, Masson (Paris); 1999.
• Sinclair R , Banfiled C, Dawber R. Handbook of diseases of the hair and scalp, Blackwell; 1999.
• Tosti A, Piraccini B.M, Diagnosis & Treatment of Hair Disorders: An Evidence-Based Atlas , Lippincott; 2006.

Articles scientifiques
Burden of hair loss – Stress and the underestimated psychosocial impact of telogen effluvium and androgenetic alopecia.Hadshiew IM, Foitzik K, Arck PC, Paus R. J Invest Dermatol. 2004 Sep;123(3):455-7.
Can alopecia areata be triggered by emotional stress ? – An uncontrolled evaluation of 178 patients with extensive hair loss. Van der Steen P, Boezeman J, Duller P, Happle R. Acta Derm Venereol. 1992 Aug;72(4):279-80.
Postmenopausal frontal fibrosing alopecia – Scarring alopecia in a pattern distribution. Kossard S. Arch Dermatol. 1994;130:770-774.
Alopécie frontale fibrosante post-ménopausique – 20 cas. Vaisse V, Matard B, Assouly P, Jouannique C, Reygagne P. Ann Dermatol Venereol. 2003 Jun-Jul;130(6-7):607-10. French
Frontal fibrosing alopecia in postmenopausal women. Tosti A, Piraccini BM, Iorizzo M, Misciali C. J Am Acad Dermatol 2005;52(1):55-60.
Treatment of Hair Loss. Price VH, Review Article. N Eng J Med 1999; 341:964-973.
Update on primary cicatricial alopecias. Ross EK, Tan E, Shapiro J. Journal of the American Academy of Dermatology – July 2005 (Vol. 53, Issue 1, Pages 1-37).
• Evaluation and treatment of male and female pattern hair loss. Olsen EA, Messenger AG, Shapiro J, Bergfeld WF, Hordinsky MK, Roberts JL, Stough D, Washenik K, Whiting DA. Journal of the American Academy of Dermatology. February 2005 (Vol. 52, Issue 2, Pages 301-311).

Sites internet

Alopécie androgénétique
Androgenetic Alopecia – Feinstein R. In: Burg G, Elenitsas R, Quirk C, Elston, Dirk M., editors. Diseases Of The Adnexa: emedicine; oct 2003.

Alopécies cicatricielles
Cicatricial Alopecia Research Foundation – Frequently asked questions.
Effluvium télogène
Telogen effluvium – Hughes E, C, W. Telogen Effluvium. In: Sperling L, Butler DF, Chan E, F., Quirk C, Elston D, M., editors. Diseases Of The Adnexa: emedicine; 2004.
Effluvium anagène
Anagen effluvium – Seiff B, D., Schwartz R, A., Gascon P. Anagen Effluvium. In: Burg G, Elenitsas R, Quirk C, Elston, Dirk M., editors. Diseases Of The Adnexa: emedicine; aug 2002.

Pelade
• La pelade – Information scientifique exhaustive et de qualité sur la pelade : évolution, origines, maladies associées, traitements, recherches, prise en charge esthétique, problèmes psychologiques, structure et biologie du cheveu, liens, bibliographie et schémas.
pelade.chez-alice.fr
Pelade universelle – Fiche d’information ORPHANET sur la pelade universelle, signes de la maladie, autres sites internet, types de consultations adaptées, laboratoires de diagnostic, projets de recherche en cours, associations de patients.
Vivre la pelade – Témoignages de patients enfants et adultes touchés par la pelade, sites d’associations et sites personnelssur cette forme d’alopécie
American Academy of Dermatology – Patient pamphlets.
Alopecia Areata – Bolduc C, Lui H, R In: Burg G, Elenitsas R, Quirk C, Elston, Dirk M., editors. Diseases Of The Adnexa: emedicine; sept 2002.

e-medicine
Alopecia Mucinosa
Alopecia areata
Androgenetic Alopecia
Keratosis Pilaris
Loose Anagen Syndrome
Perifolliculitis Capitis Abscedens et Suffodiens
Pseudopelade, Brocq
Telogen Effluvium
Traction Alopecia
Trichorrhexis Invaginata (Netherton Syndrome or Bamboo Hair)
Trichorrhexis Nodosa
Trichostasis Spinulosa
Tufted Hair Folliculitis

Photographies
Pelade
Alopécie de traction
Dermatlas

Forums de discussions
Atoute.org
Doctissimo

Mots à connaître


Alopécie androgénique (AAG)
: l’alopécie androgénique masculine (AGH) et féminine (AGF) aussi dénommée alopécie androgénogénétique ou chute de cheveux commune. Cette chute de cheveux apparaît avec l’âge et se traduit par un dégarnissement des golfes et du sommet du crâne chez l’homme (alopécie androgénique masculine) alors que chez la femme, on observe une diminution globale de la chevelure (alopécie androgénique féminine) prédominant sur le sommet du crâne. Néanmoins, l’aspect de chute de cheveuxdiffuse se rencontre parfois au cours de l’alopécie androgénique masculine et l’alopécie féminine entraîne aussi parfois des golfes légèrement dégarnis.

Alopécie cicatricielle : chute de cheveux définitive qui est la conséquence d’une malformation de naissance (aplasie congénitale, angiome), d’un traumatisme (plaie , brûlure ou opération), d’une maladie du cuir chevelu (lupus érythémateux, lichen plan) ou d’une tumeur du cuir chevelu (carcinome baso-cellulaire, carcinome épidermoïde), dont l’évolution a pour conséquence la formation d’un tissu anormal proche de celui d’une cicatrice.

Alopécie diffuse : diminution globale de densité de la chevelure.

Alopécie localisée : diminution localisée de densité capillaire.

Anagène : la phase anagène ou phase de croissance du cheveu touche 80 à 90% des cheveux et dure 2 à 6 années (3 ans ou 1000 jours chez l’homme , 5 ans chez la femme. Cette phase détermine la longueur finale du cheveu qui pousse d’environ 0,4 mm par jour (1 cm par mois).

Catagène : la phase catagène est une phase de repos du cheveu qui dure trois semaines et concerne environ 0 à 2% des cheveux. Au cours du cycle pilaire, cette phase est intermédiaire entre la phase anagène de pousse et la phase télogène d’involution.

Chute de cheveux normale : les cheveux chutent et se renouvellent en permanence. La chute normale est de 45 à 60 cheveux par jour, elle est maximum à la fin de l’été et au printemps.

Cuir chevelu : la peau qui recouvre le crâne et contient les follicules pileux.

Cycle pilaire : le cheveu humain évolue en plusieurs phases regroupées sous le terme de cycle pilaire. On distingue une phase anagène de croissance qui concerne 80 à 90% des cheveux et dure 2 à 6 années. La phase catagène ou la croissance du cheveu cesse, elle dure environ 2 à 3 semaines et concerne 0 à 2% des cheveux. La phase télogène ou les cheveux involuent et tombent, elle concerne 10 à 20 % de la chevelure et dure environ deux à trois mois. le cycle se répète ensuite. Toutes les chutes de cheveux comportent une altération du cycle pilaire.

cycle pilaire
Schéma d’après Price VH, Treatment of Hair Loss. Review Article. N Eng J Med 1999; 341:964-973
Congénital: présent à la naissance.

Dysplasie pilaire : anomalie de la structure du cheveu.

Effluvium anagène : indique une chute de cheveux importante. Le cheveu chute au cours de sa phase de croissance. Cette variété de chute de cheveux est la plus rare et survient le plus souvent après la prise de médicaments comme les chimiothérapies qui interfèrent avec la fabrication du cheveu ou bien au cours de la pelade.

Effluvium télogène : indique une chute de cheveux importante et passagère. Les cheveux en phase de croissance ou d’involution sont précipités en phase de chute (phase exogène) ou bien les cheveux en phase de croissance sont précipités en phase d’involution puis de chute. L’effluvium télogène se rencontre quelques semaines après un accouchement, une opération, une fièvre élevée ou la prise de certains médicaments, mais peut aussi se voir au cours d’une poussée d’alopécie androgénique.

Exogène : la phase exogène est un moment particulier de la phase télogène où les cheveux chutent. Environ 1% des cheveux en phase télogène sont perdus chaque jour.

Follicules pileux : il s’agit de l’ensemble des éléments qui constituent un cheveu ou un poil. Le follicule pileux comporte une tige pilaire (le cheveu ou le poil proprement dit), la glande sébacée et le muscle arrecteur du poil qui lui sont annexés. Les follicules pileux sont groupés en unités folliculaires qui comportent de 1 à 4 tiges pilaires.

Greffe de cheveux : la greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui permet d’implanter sur la zone dégarnie d’un sujet, des cheveux prélevés à l’arrière du cuir chevelu sur lui même.

Télogène : la phase télogène est la phase où les cheveux involuent et chutent, elle touche 10 à 20 % de la chevelure et dure environ trois mois (100 jours). Ainsi, 1% des cheveux en phase télogène sont perdus chaque jour au cours de la phase exogène.

Teigne : la teigne désigne une infection des cheveux ou des poils de la barbe (sycosis) provoquée par des champignons du genre dermatophytes.

Test de traction : test où le médecin tire sur une mèche de 25 à 30 cheveux fermement, mais sans brutalité. Au cours de ce test, une chute supérieure à 5 cheveux est considérée comme excessive.

trichochogramme : examen complémentaire qui permet de quantifier une chute de cheveux, de la classer parmi les diverses formes (effluvium anagène, télogène) et d’orienter ou de faire un diagnostic. Une mèche de cheveux est prélevée dans les régions du front, des tempes et du cou avec une pince. Les cheveux sont ensuite examinés au microscope et classés selon leur type (anagène, catagène, télogène, on peut aussi apprécier leur taux de miniaturisation et l’existence de bulbes dystrophiques qui se rencontrent au cours de la pelade et des effluvium anagènes.

Trichotillomanie : envie irrésistible de tirer ou tordre ses cheveux qui aboutit à une chute de cheveux avec des cheveux cassés. Cette habitude est classée dans le cadre des troubles obsessionnels compulsifs (T.O.C) ou des troubles du contrôle des impulsions.

Version imprimable
NOUS SUIVRE