Botox - Transpiration excessive et hyperhidrose | Dr Abimelec

Transpiration excessive

La toxine botulique (Botox) est un traitement rapide, sans danger et très efficace des hyperhidroses axillaires qui ne répondent pas au chlorure d'aluminium. L'injection d'une dose de botox dans chaque aisselle, permet de stopper la transpiration axillaire pendant six mois en moyenne.

Auteur : Dr Philippe Abimelec
Mise à jour scientifique : décembre 2015
LIRE LA VIDEO
FERMER

Qu’est-ce que l’hyperhidrose ?

L’hyperhydrose est la production excessive de sueur.

La sueur est fabriquée par des annexes de la peau (glandes eccrines et apocrines); sa secrétion est sous la dépendance du système nerveux sympathique et régulé par l’hypothalamus. La transpiration est une réponse normale à l’augmentation de la température du corps (chaleur, exercice physique, fièvre) et à l’émotion.

Synonymes

Toxine botulique de type A, toxine botulinique de type A, onabotulinumtoxine A, Botox®(laboratoire Allergan), Vistabel® (laboratoire Allergan), Dysport® (laboratoire Ipsen pharma), Azzalure (laboratoire Galderma International) Bocouture® (laboratoire Mertz).

Quelles sont les causes de l’hyperhidrose ?

On distingue les hyperhidroses primitives ou essentielles (sans cause reconnue) des hyperhidroses secondaires à des maladies. La plupart des hyperhidroses localisées des aisselles, des mains ou des pieds sont essentielles. En cas d’hyperhidrose généralisée ou d’hyperhidrose localisée inhabituelle, il est indispensable de consulter un médecin pour en rechercher la cause, surtout si la transpiration excessive est de survenue récente.

Traitement de l’hyperhidrose par Botox®

Le Botox ®est le nom commercial de la toxine botulinique de type A (onabotulinumtoxine A) produite par le Laboratoire Allergan. On parle souvent de Botox au lieu d’utiliser le terme de toxine botulinique de type A, comme certains utilisent le mot frigidaire pour désigner un réfrigérateur; il s’agit donc d’un abus de langage. Dans un souci de simplification, nous utilisons dans cette fiche le terme Botox plutôt que toxine botulique de type A. En dehors du Vistabel® Allergan, d’autres toxines botuliniques A ont été commercialisées pour le traitement des rides – Azzalure® (Galderma), Bocouture® (Merz).

La toxine botulique (Botox) est un traitement rapide, sans danger et très efficace des hyperhidroses axillaires qui ne répondent pas au chlorure d’aluminium. L’intérêt de la toxine botulique de type A dans le traitement de la transpiration excessive a été évoqué dès 1994. Aujourd’hui, les revues scientifiques confirment son intérêt. Néanmoins, le coût du produit (250 à 300 € par flacon de 100 unités), auquel s’ajoutent les honoraires du praticien, en limite l’utilisation. Le traitement par Botox est contre-indiqué chez les patients qui présentent une myasthénie, une sclérose latérale amyotrophique, qui prennent certains antibiotioques (aminosides), et chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Le Botox® n’a pas encore obtenu l’autorisation de mise sur le marché de l’Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSAPS) dans cette indication, mais cette situation devrait évoluer dans les prochaines années.

Le traitement par Botox est surtout intéressant pour les hyperhidroses des aisselles; il est plus rarement utilisé pour soulager les hyperhidroses palmo-plantaires. Les injections de toxine botulique (Botox) sont efficaces pour les mains ou les pieds mais posent des problèmes qui rendent leur utilisation difficile. La douleur provoquée par les injections rend nécessaires des anesthésies délicates qui doivent se faire en clinique et majorent le coût du traitement, déjà élevé. La surface à traiter implique des doses importantes qui rendent le prix dissuasif. Le traitement provoque ensuite fréquemment une faiblesse musculaire qui peutêtre gênante.

Des hyperhidroses localisées réfractaires comme celles qui surviennent au décours d’opérations sur la parotide (syndrome de Frey) peuvent être traitées par Botox.

Comment se déroule le traitement par Botox® ?


La toxine botulique de type A est un traitement rapide, sans danger et très efficace des hyperhidroses axillaires qui ne répondent pas au chlorure d’aluminium. L’intérêt de la toxine botulique de type Adans le traitement de la transpiration excessive a été évoqué dès 1994. Aujourd’hui, les revues scientifiques confirment sont intérêt. Néanmoins, le coût du produit (250 à 300 € par flacon de 100 unités) auquel s’ajoutent les honoraires du praticien en limite l’utilisation.

Le médecin détermine d’abord la zone qui transpire le plus grâce au test à l’iode (on applique une solution iodée sous l’aisselle, puis de l’amidon, qui entraîne une coloration bleue des zones qui transpirent). Le médecin détermine ensuite des carrés de deux centimètres de côtés aux coins desquels il injecte très peu d’une solution de toxine botulique. Le médecin réalise en général 10 injections par aisselles. Ces injections sont peu douloureuses, car l’aiguille est extrêmement fine et la piqûre très supercielle. Les patients sensibles peuvent bénéficier d’une anesthésie locale par crème EMLA.

L’effet se fait sentir deux jours après les injections et augmente pour atteindre son maximum après un mois.

Quelle est la durée d’un traitement par Botox® ?

La durée d’action varie en fonction de chaque patient, de la concentration de toxine et de la dose totale injectée. L’injection de 50 unités de toxine botulique par aisselle (1/2 flacon de Botox® ou de Vistabel®) suspend la tranpiration chez 96.1 %, des patients pendant une durée de 7 mois (cf. réf.1). Les injections doivent être répétées à intervalle régulier car il s’agit seulement d’un traitement suspensif.

Quelles sont les autres indications du traitement par Botox® ?

Les rides d’expression provoquées par la contraction des muscles peuvent être traitées par le Botox. Les meilleures indications sont les rides du lion (rides du froncement, rides verticales, inter-sourcillières ou glabellaires) situées entre les deux yeux, les rides du front et celles de la patte d’oie au coin des yeux.

Liens et adresses utiles


Antranik BenohanianMD, FRCP – Informations sur l’hyperhidrose et ses traitements, par un dermatologue canadien (Montréal).

International Hyperhidrosis Society – International Hyperhidrosis Society is a non-profit organization providing hyperhidrosis patient support & advocacy, physician education, and public awareness.

Bibliographie


1. Naumann M., Lowe N.J., Kumar C.R. et al. Botulinum toxin type a is a safe and effective treatment for axillary hyperhidrosis over 16 months: a prospective study. Arch Dermatol 2003; 139: 731-6.
ABSTRACT
Objective: to evaluate the safety and efficacy of botulinum toxin type A (BTX-A) (Botox) over 16 months in the treatment of bilateral primary axillary hyperhidrosis.
Design : Aa16-month study with initial double-blind randomization to 50 U of BTX-A (botox) or placebo per axilla. After 4 months, participants could receive up to 3 further treatments with open-label BTX-A (botox) over 12 months.
Setting Fourteen dermatology or neurology clinics in Germany, Belgium, and the United Kingdom.
Participants : of 207 individuals aged between 17 and 74 years who had persistent bilateral primary axillary hyperhidrosis that interfered with daily activities, 174 (84 %) completed the study. The baseline gravimetric assessment was a spontaneous sweat production of 50 mg or greater in each axilla prior to initial treatment.
Main Outcome Measures : at week 4 after each treatment, the response rate of subjects who had at least a 50 % reduction from baseline in axillary sweating, as measured by gravimetric assessment, was evaluated. Adverse events were spontaneously reported throughout the study, together with quality-of-life parameters and assessment of neutralizing antibodies to BTX-A (botox).
Results : over the 16-month period, 356 BTX-A (botox) treatments were given to 207 subjects. After placebo treatment, the response rate at week 4 was 34.7 %. After the first, second, and third treatment with BTX-A (botox) , response rates at week 4 were 96.1 %, 91.1 %, and 83.3 %, respectively. For subjects receiving more than 1 treatment, the mean duration between BTX-A (botox) treatments was approximately 7 months; however, 28 % of subjects completed the study after only 1 BTX-A (botox) treatment. Subjects’ satisfaction after treatments was consistently high, their quality of life improved, and there was a reduction in the impact of the disease on their lives. The safety profile of BTX-A (botox) after repeated treatments was excellent and no confirmed positive results for neutralizing antibodies to BTX-A (botox) occurred.
Conclusion : repeated intradermal injections of BTX-A (botox) over 16 months for treatment of primary axillary hyperhidrosis is safe and efficacious.
2. Lowe P.L., Cerdan-Sanz S., Lowe N.J.. Botulinum toxin type A in the treatment of bilateral primary axillary hyperhidrosis: efficacy and duration with repeated treatments. Dermatol Surg 2003; 29: 545-8.
3. Heckmann M., Teichmann B., Pause B.M. et al. Amelioration of body odor after intracutaneous axillary injection of botulinum toxin A. Arch Dermatol 2003; 139: 57-9.
4. Belin E.E., Polo J. Treatment of compensatory hyperhidrosis with botulinum toxin type A. Cutis 2003; 71: 68-70.
5. Kreyden O.P., Böni R., Burg G. Hyperhidrosis and Botulinum Toxin in Dermatology, Vol. 30. Zurich: Karger, 2002.
6. Heckmann M. Hyperhidrosis of the axilla. Curr Probl Dermatol 2002; 30: 149-55.
7. Heckmann M., Schaller M., Breit S. et al. Evaluation of therapeutic success of hyperhidrosis therapy. Arch Dermatol 2001; 137: 94.
8.Heckmann M., Ceballos-Baumann A.O., Plewig G. Botulinum toxin A for axillary hyperhidrosis (excessive sweating). N Engl J Med 2001; 344: 488-93.

BOTOX® et Vistabel® sont des produits et marques déposées du laboratoire Allergan, Inc.