Phénolisation de l'ongle incarné

Opération des ongles incarnés avec des suites minimisées

L'ongle incarné est provoqué par un fragment d'ongle qui pénètre dans la chair. Le traitement de l'ongle incarné repose sur des soins de pédicure au début, une intervention est nécessaire quand les récidives se répètent. La phénolisation est une intervention simple qui permet de traiter l'ongle incarné avec des suites opératoires réduites au minimum.

Auteur : Dr Philippe Abimelec
Mise à jour scientifique : février 2014
Vote :  
 70 avis

Résumé

Cette technique a été rapporté par Boll dès 1945. La phénolisation est une intervention très utile, elle est utilisée chaque fois que l’élimination définitive d’une portion d’ongle ou de sa totalité est nécessaire. De nombreuses techniques de matricectomie ont été décrites : électrocoagulation, photo coagulation au laser C02, ablation chirurgicale partielle d’un croissant latéral comprenant l’ongle, son lit et la matrice correspondante…

La phénolisation est une méthode simple réalisée au cabinet du médecin sous anesthésie locale, les suites de l’intervention sont simples et peu douloureuses et les résultats comparables aux meilleures techniques (moins de 3% de récidives).

Le phénol est un cristal incolore dérivé de la houille. Il possède des propriétés bactéricides, fongicides et anesthésiques locales. Aux fortes concentrations, le phénol coagule les protéines. Le phénol est toxique (coeur, rein) s’il est utilisé sur de grandes surfaces cutanées (lors de peelings chimiques de l’ensemble du visage).

La phénolisation est indiquée pour le traitement des ongles incarnés (ongle incarné juvénile, ongle en pince) et pour détruire des ongles très épais quand aucun traitement médical n’est possible. Les troubles vasculaires graves sont la seule contre-indication à l’utilisation de cette technique.

Technique

L’anesthésie locale est réalisée par deux injections de xylocaine pratiquées à la base de l’orteil.

Un nettoyage soigneux du pied est réalisé avec un antiseptique, il est suivit de la mise en place de champs stériles et d’un garrot nécessaire à l’efficacité du phénol.

Le dermatologue ôte ensuite la petite languette d’ongle qui pénètre dans les chairs, il s’agit d’une petite bandelette de 3 mm de large qui est sectionnée sur toute la longueur de l’ongle. Pour détruire la « racine », on utilise du phénol à 88 % qui est appliqué avec une petite spatule pendant une minute environ.

Application de phénolisation
post-phénolisation
Application du phénol
Immédiatement après l’application
du phénol
s

Le pansement est réalisé avec une pommade antibiotique, une compresse et un sparadrap.

La douleur après l’intervention est limitée (douleur à la pression, sensibilité à la marche), un antalgique simple est néanmoins utile. La majorité des patients peuvent retourner à l’école ou au travail immédiatement après l’intervention.

Un petit écoulement est habituel pendant les deux à quatre semaines qui suivent l’intervention. Les soins après intervention sont réalisés tous les jours : bains avec une solution antispetique, application d’une pommade antibiotique puis d’une compresse et d’un sparadrap.

Les complications sont très rares, le risque d’infection est faible.

Les récidives (2 à 3 %) ne sont pas plus fréquentes qu’avec les autres techniques. L’apparition d’un « fragment d’ongle » nécessite une nouvelle intervention.

Les patients sont en général très satisfaits des résultats, ils gardent un bon souvenir de l’intervention (surtout s’ils ont déjà subi une intervention classique) du fait de l’absence de douleur et d’arrêt d’activité après l’intervention.

ongle incarné
phenol
Ongle incarné juvénile avant intervention
Ongle incarné juvénile après intervention au phénol

Bibliographie

1. Abbott W.W.,Geho E.H., Partial matricectomy via galvanic current. J Am Podiatry Assoc 1980; 70 : 239-243.
2. Andrew T.,Wallace W.A., Nail bed ablation: Excise or cauterize? A controlled study. Br Med J 1979; 1 : 1539.
3. Baran R., Dawber R.P.R., Un traitement simple, la phénolisation. In Baran eds. Guide médico-chirurgical des onychopathies, paris: Arnette, 1990,134
4. Boll O.F.,Surgical correction of ingrowing nails. 1945; 35 : 8-9.
5. Bouchie R.T., Matricectomy utilizing negative galvanic current. Clin Podiatr med Surg 1986; 3 : 449-456.
6. Brown F.C., Chemocautery for ingrown toenails. J. Dermatol. Surg. Oncol 1981; 7 : 331.
7. Dagnall J. C. The development of nail treatment. Brit J. Chirop 1976; 41 : 165.
8. Fosnaugh R.P. Surgery of the nail. In Epstein E., Epstein E. Jr, edts. Skin Surgery vol II. Springfield, Illinois: Charles. C. Thomas, 1982, 987-992-1000-1002
9. Fulp M. New enzyme aids phenol technique in nail surgery. J. Podiatry. Ass 1972 ; 63 : 395.
10. Gibbs R.C. Treatment of uncomplicated ingrown toe-nail. J. Dermatol. Surg. Oncol 1978; 4 : 438.
11. Gilles G.A., Dennis K.J., al et. Periostitis associated with phenol matricectomy. J Am Podiatry Assoc 1986; 76 : 469-472.
12. Greig J.D., Anderson J.H., Ireland A.J.,Anderson J.R. The surgical treatment of ingrowing toenails. J Bone Joint Surg. 1991, 73 B, 131-133.
13. Haneke E. Surgical treatment of ingrowing toenails: Cutis, Apr 1986, 251-256.
14. Johnson D.B., Ceilley R.I. A revised technique for for ablation of the matrix of nail. J. Dermatol. Surg. Oncol 1979; 5: 642.
15. Kaplan I., Landthaller C. B., Labandter H. Onychogryphosis treated with the CO2 surgical laser. Brit. J. Plast. Surg 1976; 29: 102.
16. Leshin B., Whitaker D. Carbon dioxide laser matricectomy. J Dermatol Surg Oncol 1988; 14: 608-611.
17. Mann R.A. Surgery of the foot. Saint-Louis : C. V Mosby Co, 1978.
18. Mc Glamry E.D. Management of painfull toes from distorded toenails. J. Dermatol Surg Oncol 1979; 5: 554-556.
19. Monheit G. Matricectomy. In Daniel R., eds. The nail, Dermatologic Clinics, Vol 3, Philadelphia: W.B Saunders Compagny, 1985,526-529.
20. Murray W.R., Bedi D.S. The surgical management of ingrowing toenails. Brit. J. Surg 1975; 62: 409-412.
21. Nyman S.P., The phenol alcohol technique for toe nail excision. J NJ Chirop Soc 1956; 5 : 4-6.
22. Rinaldi R., Sabia M.,Gross J. The treatment and prevention of infection in phenol alcohol matricectomies. J. Am. Podiatry. Ass 1982; 72: 453.
23. Ross W. R. Treatment of the ingrown toe nail and a new anesthetic method. 1969; 49: 1499-1504.
24. Salashe S.J. Surgery. In : Scher R., Daniel R.I., eds. Nails: Therapy, Diagnosis, Surgery, Philadelphia : W. B. Saunders Compagny, 1990, 276-278.
25. Siegle R.J., Harkness J., Swanson N.A. Phenol alcohol technique for permanent matricectomy. Arch Dermatol 1984; 120: 348-350.
26. Suppan R.J., Ritchlin J.D., A non debilitating procedure for ingrown toe nail. J Am Podiatry Ass 1962; 52 : 900-902.
27. Travers GR.., Ammon R.G., The sodium hydroxyde chemical matricectomy procedure. J Am Podiatry Assoc 1980; 70: 476-478.
28. Van der Ham A.C., Hackeng C.A.H., YO Ti. The treatment of ingrowing toenails : A randomized comparison of wedge excision and phenol cauterization. J Bone Joint Surg. 1990, 72B, 507-509.
29. Wee G. C., Tucker G.L., Phenolic cauterizations of the matrix in the surgical cure of ingrown nails. Minn. Med 1969; 66: 802.
30. Zaias N., Matrix destruction. In : Zaias N., eds. The nail in health and disease, Norwalk, Connecticut: Appleton & Lange, 1990, 74.

Version imprimable
NOUS SUIVRE