Ongles incarnés

L'ongle incarné est provoqué par un fragment d'ongle qui pénètre dans la chair et provoque une inflammation et des douleurs. Le traitement de l'ongle incarné juvénile repose sur des soins de pédicure au début, une intervention devient nécessaire quand les récidives se répètent. La phénolisation est une intervention simple qui permet de traiter l'ongle incarné avec des suites opératoires réduites au minimum.

Auteur : Dr Philippe Abimelec
Mise à jour scientifique : février 2014
Vote :  
 132 avis

VOS QUESTIONS SUR LES ONGLES INCARNÉS

Qu’est-ce qu’un ongle incarné ?

L’ongle incarné est provoqué par un fragment d’ongle qui pénètre dans la chair et provoque une inflammation et des douleurs.

Qu’est-ce qui provoque les ongles incarnés ?

Les facteurs responsables des ongles incarnés sont nombreux, variés et parfois associés entre eux :
• Prédisposition familiale ou génétique responsable d’une malformation de l’ongle.
• Chaussage inadapté (chaussures trop petites).
• Pédicurie inadéquate (ongles coupés dans les coins).
• Prise de certains médicaments (la prise d’acitrétine pour traiter le psoriasis ou d’antiprotéases pour traiter l’infection par le VIH favorise la survenue d’ongles incarnés).
• Modifications osseuses secondaires à l’arthrose.
• Excroissance de chair qui se développe sous l’ongle.

Quels sont les sujets à risques d’avoir des ongles incarnés ?

Les nourrissons et les petits enfants développent plusieurs variétés d’ongles incarnés.
L’hypertrophie des bourrelets latéraux se traduit par l’épaississement d’un bourrelet de chair sur le bord d’un ongle de gros orteil.
Malformation de l’ongle du gros orteil qui est épais, strié, décollé et parfois dévié. Cet ongle chute et s’incarne à l’avant.
L’ongle en pince du nourrisson qui se recourbe sur les deux côtés tend à se rejoindre.
Les adolescents et les adultes développent l’ongle incarné habituel, que l’on appelle ongle incarné juvénile.
Les seniors développent les ongles en pince qui témoignent parfois d’une excroissance qui se développe sous l’ongle.
Incarnation antérieure – Après la chute de l’ongle, il se produit parfois une incarnation antérieure quand l’ongle pénètre la chair à l’avant.

Quels sont les symptômes des ongles incarnés ?

Ongle qui rentre dans la chair (incarnation proprement dite).
- Sur le côté (ongle incarné banal) – le bourrelet sur le côté de l’ongle est douloureux à la pression et à la marche.
– A l’avant (incarnation antérieure) – l’ongle pénètre dans la chair sur l’avant, il est impossible de le couper et il finit souvent par tomber.
Douleur, rougeur et gonflement (inflammation), qui précèdent parfois l’infection avec formation d’un panaris (abcès de l’ongle) ou d’un érysipèle (infection plus sérieuse des tissus du pied et/ou de la jambe, provoquée par un streptocoque).
Epaississement d’un bourrelet de chair sur le bord d’un ongle (hypertrophie d’un bourrelet latéral).
Excroissance de chair rouge (granulome pyogénique ou botryomycome).
ongle incarné (malposition congénitale des gros orteils) ongle incarné ongle incarné des séniors (ongle en pince)
Ongles incarnés des jeunes
enfants
Ongle incarné juvénile
Ongle incarné des seniors ou ongle en pince

Comment diagnostiquer les ongles incarnés ?

L’examen par un médecin expérimenté est suffisant pour faire le diagnostic d’ongle incarné.

Quels sont les traitements des ongles incarnés ?

Les soins médicaux

 

Chez les nourrissons et les petits-enfants

 

L’hypertrophie des bourrelets latéraux - elle régresse toute seule et ne nécessite en général aucun traitement.
La malformation congénitale du gros orteil – elle s’améliore souvent avec l’âge, mais l’ongle peut chuter à chaque fois qu’il repousse, ou rester dévié, ondulé et épaissi. L’incarnation sur le côté ou à l’avant peut se produire et nécessiter une intervention chirurgicale. Dans certains cas, on peut améliorer l’aspect de l’ongle par une intervention réparatrice. Des soins de pédicurie (découpage de l’ongle) ou la pose de faux ongles sont parfois utiles. Il est nécessaire de demander un avis spécialisé pour connaître le traitement le plus adapté au cas de votre enfant.

Chez les adolescents et les seniors

Traitement préventif
Eviter de couper les ongles dans les coins quand cela est possible.
Faire des soins antiseptiques adaptés dès l’apparition d’une inflammation.
Faire des soins de pédicurie adaptés en dehors des périodes de poussée.
Utiliser des chaussures suffisamment larges.

Traitement curatif
Traitement antibiotique et antiseptique (bains de pieds avec un antiseptique à base de chlorhexidine par exemple).
Certains pédicures posent des pinces métalliques (orthonyxie) ou des bagues de résine pour tenter de « désincarner » l’ongle, au moins temporairement.

L’incarnation antérieure - elle peut être prévenue en faisant poser un faux ongle trois ou quatre mois après la chute accidentelle d’un ongle de gros orteil. En cas d’infection, un traitement antiseptique et-ou antibiotique doit être mis en route.

Les interventions chirurgicales définitives
Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire en cas de récidives fréquentes.

Intervention classique
Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe chirurgicalement un croissant de chair sur le côté de l’ongle, comportant le côté de l’ongle et sa racine. La mise en place de points de suture est nécessaire pour refermer la plaie.
Inconvénients : douleur importante après l’intervention, nécessité d’un arrêt de travail de plusieurs jours, échec de la procédure trois à cinq fois sur cent.

Intervention au Laser CO2
Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair. Il coupe chirurgicalement la chair de la base de l’ongle pour accéder à la matrice et détruit définitivement la racine fabricant la portion d’ongle qui s’incarne par photo-coagulation au laser. La mise en place de points de suture est nécessaire pour refermer la plaie.
Inconvénients : douleur provoquée par la plaie après l’intervention , cicatrice.

Intervention au phénol – c’est la méthode qui a notre préférence.
Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un garrot de doigt, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair et détruit définitivement la racine fabricant la portion d’ongle qui s’incarne par une application de phénol.
Avantages : technique réalisée au cabinet du médecin sous anesthésie locale, quasi absence de douleur après l’intervention, pas d’arrêt de travail, aucune cicatrice visible.
Inconvénients : l’échec de la procédure deux à trois fois sur cent.

Questions fréquentes sur les ongles incarnés

Peut-on éviter l’intervention quand on a des ongles incarnés ?
Les soins de podologie permettent souvent d’éviter l’intervention pendant plusieurs années. Les ongles incarnés des nourrissons s’améliorent souvent avec le temps.

Quand faut-il décider de se faire opérer ?
La survenue d’une infection, d’une excroissance charnue (bourgeon charnu) ou de douleurs que les soins de podologie ne peuvent faire passer indiquent la nécessité d’une intervention.

Références bibliographiques

1. Heifetz, C. J. Ingrown toe nail. A clinical study. Am J Surg 38, 298 (1937).
2. Van der Ham, A. C., Hackeng, C. A. & Yo, T. I. The treatment of ingrowing toenails. A randomised comparison of wedge excision and phenol cauterisation. J Bone Joint Surg [Br] 72, 507-9 (1990).
3. Abimelec, P. Matricectolyse au phénol. Dermatologie pratique (1996).
4. Bouscarat, F., Bouchard, C. & Bouhour, D. Paronychia and pyogenic granuloma of the great toes in patients treated with indinavir [letter]. N Engl J Med 338, 1776-7 (1998).
5. Bostanci, S., Ekmekci, P. & Gurgey, E. Chemical matricectomy with phenol for the treatment of ingrowing toenail: a review of the literature and follow-up of 172 treated patients. Acta Derm Venereol 81, 181-3 (2001).
6. Baran, R., Haneke, E. & Richert, B. Pincer nails: definition and surgical treatment. Dermatol Surg 27, 261-6. (2001).
7. Lin, Y. C. & Su, H. Y. A surgical approach to ingrown nail: partial matricectomy using CO2 laser. Dermatol Surg 28, 578-80 (2002).
Version imprimable
NOUS SUIVRE